Frequently asked questions


LINKS:



 Colloque maternelle  
 itw_claire-brisset  
 Jres_editions_precedentes  
 programme  
 contacts  
 acc_lecture  
 ITW_xavier_de_la_porte  
 resp  
 Jres_presentation  
 Jres_evenements  
 Jres_parrains  
 itw_gabriel-cohn-bendit  
 itw_eric-debarbieux  
 itw_thierry-marx  
 itw_marcel-rufo  
 itw_aziz-jellab  
 itw_boris-cyrulnik  
 itw_frederique-calandra  
 itw_patrick-jarry  
 itw_jean-marc-pujol  
 itw_guillaume-balas  
 itw_colombe-brossel  
 itw_francois-taddei  
 Jres_barometre  
 Jres_partenaires  
 Inscription_paris  
 Jres_ressources  
 Jres_ressources2014  
 http://www.afev.org/microsites/index.php?page=fr_Jres_ressources2013  
 Jres_ressources2012  
 Jres2012_presentation  
 Jres_ressources2013  
 


Videos

témoignages

     
Pour voir les vidéos version complète de ces témoignages, clique sur les liens ci-dessous :


Raïssi, bénévole à l’Afev Lyon

Le jeune dont je m'occupe s'appelle Mohamed. Je me souviens encore de la rencontre, nous étions dans son collège avec les volontaires et nous nous sommes présentés. Il a 17 ans et il vient d'Algérie. Je me suis tout de suite senti à l'aise en sa compagnie. Certes, au début il y avait une certaine distance mais avec le temps même si cela n'est pas égal à des années, nous avions appris à nous connaître. Et ainsi j'ai découvert une personne formidable. En effet même aujourd'hui je suis admiratif d'un tel courage, d'une motivation sans égal et surtout d'un sérieux exemplaire.
Je pense donc que l'Afev a été très enrichissante pour lui car sans cela l'intégration de Mohamed dans le domaine scolaire et aussi dans sa vie sociale n'aurait pas été aussi facile même si ce dernier dispose de qualités en faveur de cela.
J'ai également beaucoup appris avec l'Afev; l'Afev m'a permis de voir une réalité trop souvent appauvrie et oubliée par notre entourage et les médias; aussi je me sens fier de pouvoir aider ce jeune.
Pour cela j'encourage tous les étudiants à faire bénéficier d'un peu de leur temps libre à l'Afev pour pouvoir vivre tout comme moi une expérience humainement enrichissante.


Virginie, bénévole à l’Afev Perpignan


J’accompagne Abbès, collégien en 3ème, depuis 1 ans. C’est un garçon qui a pas mal de difficultés en lecture et écriture, car cela fait cinq ans qu’il est en France. Il a été dans des classes spécialisées pour les Enfants Nouvellement Arrivés pendant deux ans, mais depuis, a repris le cursus scolaire dit « normal ». Nous allons donc souvent à la médiathèque ensemble, où il est inscrit, afin qu’il puisse prendre le goût de la lecture, et qu’il ramène des livres chez lui. Puis, nous sommes récemment allés voir deux pièces de théâtre, car il n’en avait jamais vu jusqu’alors ! Bien qu’il ait des difficultés en français, cela lui a plu !
J’aimerais juste dire que cet accompagnement m’aura beaucoup apporté, car hormis le fait de se sentir utile en donnant de mon expérience et de mon savoir à Abbès, c’est l’échange et la sympathie qui s’est créé entre nous qui est importante !

Mathis, bénévole à l’Afev Nanterre

J’ai connu l’Afev grâce au bouche à oreille. J’avais envie d’aider. J’ai choisi les ateliers pour avoir l’opportunité de travailler avec un groupe d’enfants. Chaque samedi après-midi, je vais au centre social des Canibouts pour une séance de deux heures où, avec d’autres étudiant(e)s bénévoles encadrés par une volontaire de l’Afev, on accueille les enfants, on pratique des activités ludiques sur des thèmes liés à la santé, et on prend un goûter tous ensemble. On fait aussi parfois des sorties au musée, à la piscine. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est l’aspect relationnel.


Rejoins-nous !


Retrouvez l'afev en image :
www.flickr.com,

www.facebook.com

http://fr.youtube.com

http://www.dailymotion.com

http://www.e-volontaires.org

Journée du refus de l''échec scolaire
Réseau des villes Enquête familles

Vidéos

Agir contre l''échec scolaire

Agir contre l''échec scolaire



PrésentationEvénementsParrainsBaromètrePartenairesEditions précédentes

Guillaume BALAS, Président du groupe socialiste au Conseil régional d’Ile-de-France


---
Guillaume BALAS
Pourquoi avoir érigé la lutte contre le décrochage scolaire en « grande cause régionale » ?

En France, entre 150 000 et 200 000 jeunes sont concernés chaque année par le décrochage scolaire. Ce phénomène est grandissant, notamment en Île-de-France. Il existe une grande diversité de situations, qui nécessitent un travail minutieux de la part des pouvoirs publics et de l’ensemble des acteurs du monde éducatif.
La Région Île-de-France œuvre déjà sur ce terrain en accompagnant des structures et des acteurs locaux par le biais du dispositif « Réussite pour tous » (associations, microlycées, CFA, etc.). En faisant du décrochage scolaire la grande cause régionale 2012, les élus socialistes ont manifesté leur volonté de s’inscrire dans une action publique régionale, complémentaire de l’engagement de l’Etat au sein des établissements.

Quel est le périmètre d’action pour une collectivité telle que le conseil régional par rapport aux autres acteurs agissant contre le décrochage ?

Je ne suis pas régionaliste par principe. La question est de savoir qui est le mieux placé pour piloter les actions locales de lutte contre le décrochage scolaire. Les lycées et les Centres de Formation et d’Apprentissage font partie du champ de compétence des régions. Les collectivités - communes, départements et régions - sont engagées dans la lutte contre le décrochage à leur échelle. Cet engagement prend tout son sens face à un phénomène comme le décrochage scolaire dont les problématiques varient d’un territoire à l’autre en fonction des spécificités sociales et locales. Le rôle des corps intermédiaires dans la lutte contre le décrochage scolaire est fondamental. Après avoir rencontré un grand nombre de responsables d’associations, de syndicats, de fédérations de parents d’élèves, j’ai compris que l’implication de ces réseaux dans les politiques publiques avait besoin d’être structurée et appuyée.
Or, à mon sens, la région est un échelon qui combine idéalement la proximité nécessaire à la coordination de l’action des acteurs de terrain et la capacité de conserver une vision d’ensemble garante de l’équilibre du territoire. Ce constat s’applique particulièrement en Île-de-France, où la complexité du paysage politique et institutionnel impose une meilleure articulation entre politiques publiques et projets associatifs. Je propose qu’une véritable concertation soit mise en place à l’échelle régionale, afin de faciliter la compréhension des enjeux territoriaux, tout en se dirigeant vers une coordination efficace des acteurs.

Quelles sont les premières actions que vous allez mettre en place ?

La Région va organiser, à la rentrée 2012, des Assises régionales de lutte contre le décrochage scolaire. Tous les acteurs publics et associatifs engagés pourront échanger, afin de d’établir un état des lieux de la situation des jeunes qui décrochent, de recenser les actions qui produisent des résultats pour renforcer et faire évoluer les dispositifs existants. Les assises nous permettront de franchir un pas supplémentaire dans la définition de nos moyens d’action. Enfin, nous avons lancé la première étude régionale qui portera un regard scientifique sur les spécificités du phénomène en Île-de-France.
La pertinence des trois chantiers prioritaires (actions préventives de soutien aux jeunes dans leur parcours, accompagnement des parents qui font face au décrochage scolaire de leur enfant, et politiques de « raccrochage » des jeunes sortis prématurément du système éducatif) sera discutée avec l’ensemble des acteurs et confronté à leurs expériences de terrain.
L’approche de notre Région sur ce thème est tout à fait novatrice. Elle permet d’appréhender la question du décrochage avec une entrée territoriale, complémentaire à la question de l’Education nationale qui relève de l’Etat. En tant que collectivité locale de gauche nous agissons sur un sujet majeur qui n’est toujours pas traité de manière sérieuse à l’échelle nationale.

Vous venez de publier un ouvrage autour de cette problématique, qu’en attendez-vous ?

Cet ouvrage est une étape dans l’engagement des Conseillers régionaux socialistes en faveur de la réussite éducative initié il y a neuf mois. Il est une contribution sur le rôle des régions dans la lutte contre le décrochage scolaire. Ces propositions seront discutées avec l’ensemble des acteurs régionaux de l’accompagnement scolaire, social, éducatif, familial dans le cadre des Assises. Il appartiendra ensuite aux socialistes de définir un nouveau partenariat Etat/collectivités territoriales, une nouvelle politique publique efficace pour endiguer ce phénomène.